dimanche 26 avril 2009

Celebrate & Dance are free

Il était une fois Daft Punk. Deux ovnis casqués, passés maîtres de la House filtrée et des lives aussi intenses qu'interminables, sortent l'album Homework en 1997. Nul doute qu'en terme de claque et évolution musicale, on fait difficilement mieux, tout du moins le siècle dernier en France. En 2001 viendra un second album, plus pop et accessible. C'est Discovery : 14 pistes dont 7 (au minimum) sont connues de tout un chacun. Sébastien Léger nous offre une superbe relecture, à sa sauce Tech House groovy, de One More Time et Aerodynamic superposés à la manière des Daft au Alive 2007. Celebration.
Daft Punk - One More Time (Sébastien Léger Bootleg) (removed by request)

Ces temps-ci, l'américain Wolfgang Gartner pète le feu. Après un Flashback playlisté des mois par toutes les pointures internationales, et l'EP Yin/Yang très efficace également,  on a dorénavant droit à un Push & Rise très Electro-House qui tâche. Le vocal rappellerait presque Eiffel 65, néanmoins la ressemblance s'arrête là. Ça groove !

Parfois les artistes créent un EP pour un seul titre, comblant le vide avec des versions inintéressantes. Comme les Bloody Beetroots avec Cornelius, par exemple. D'autres mettent le paquet, recrutent des remixeurs de talents et sortent un produit fini, de qualité. Busy P avec son petit bijou Pedrophilia illustre parfaitement l'idée, avec 6 tracks toutes bien différentes et intéressantes, suivant un fil conducteur. On trouve d'ailleurs sur ce CD une version orientée Indie Disco sexy de To Protect And Entertain par So_Me, le graphiste de chez Ed Banger Records

Et paf, Guetta a pondu un nouveau bébé commercial à souhait. Seulement, la voix de Kelly Rowland assure vraiment sur ce coup-là. Alors fort heureusement, nous avons dans notre pays vieillissant de braves types comme Arno Cost et Norman Doray pour en faire quelque chose de potable, enrichi à leur manière.

L'année dernière, Sébastien Tellier sortait l'album Sexuality. Il se terminait par un morceau assez psychédélique, L'Amour Et La Violence. Cependant, pour retourner un dancefloor mélancolique, il fallait un kick, un groove. C'est ici que Dj DLG intervient avec maestro. Parfait pour se rouler par terre en pleurant sur la piste !

Au diable l'avarice, voici l'exlu supprimée de Djedjotronic. Trop excellent pour ne pas la partager !

2 commentaires:

  1. aah Sébastien Léger est un dieuuuuuuuuuuuu <3


    Faunà*

    RépondreSupprimer
  2. Music got a feeling so free

    RépondreSupprimer

(Pour vous reconnaître, laissez votre pseudo dans votre message !)